León, ancienne capitale du Nicaragua, est à proximité de pas moins d’une douzaine de volcans, autant vous dire que vous serez ravi.e.s si vous aimez les randonnées. Je décide d’y rester une semaine, alternant repos et treks. C’est ainsi que je commence avec le volcan Telica.

León, une chaude ville coloniale

Il fait chaud, très chaud et ça en devient limite étouffant. Les pas se font plus lourds lorsqu’on se promène dans la rue. Les murs ornés de dessins de la ville témoignent d’un passé important mêlant révolution et politique. Avec Hilda, une américaine rencontrée dans le bus (et qui signe !) nous partons déjeuner dans un comedor avant de se promener dans la ville.

Par ailleurs, j’avoue que je commence à saturer à propos des églises mais la cathédrale de León vaut vraiment le coup. Toujours en rénovation, car quand on peint un côté, une fois fini, il faut s’attaquer à l’autre côté. Vous voyez le délire ? C’est une très jolie cathédrale où son toit est accessible. Tellement blanc que ça fait mal aux yeux. D’ici, on aperçoit la ville ainsi que les nombreux volcans.

Pas trop motivées pour une longue promenade (surtout fatiguées par le long trajet en chicken bus), on se fait plutôt plaisir à la place : un smoothie bien frais ainsi qu’une bonne petite patisserie française pour moi.

parque central
Parque central
leon
Marché
leon-eglise-san-francisco
Église San Francisco
leon-cathedrale-1
Sur les toits de la cathédrale de León
leon-vue
León

Ascension et coucher de soleil au volcan Telica

L’accueil chaleureux et l’enthousiasme de mon guide Jestin ne peut que promettre une expérience positive. De plus, nous serons que 2. Avant de nous joindre au groupe, qui n’assistera qu’au coucher de soleil, nous préparons nos sac à dos. Tente, sac de couchage, tapis, nourriture… c’est bon, nous sommes prêts !

Après 1h30 de route, nous arrivons au pied du volcan. Végétation quasi inexistante, ne serait-ce de timides arbustes et de grosses roches provenant de la lave. L’ascension est plutôt rapide. Une fois là-haut, la respiration est un peu difficile, j’ai la gorge qui pique. Le volcan quant à lui crache une épaisse fumée rendant la vue sur le cratère difficile.

Ensuite, une petite visite dans un tunnel de lave abritant des chauve-souris avant de remonter nous poser et admirer le coucher de soleil. Au loin, à l’horizon, le volcan San Cristóbal, le plus grand volcan du pays culminant à 1786 mètres. Une fois le soleil couché et avant de descendre au campement, nous retournons près du cratère pour observer la lave. D’en haut, je peux apercevoir la lave bouillonnant à travers la fumée.

Néanmoins, planter sa tente au pied d’un volcan actif… c’est quelque chose ! Je ne vous cache pas que l’idée de passer la nuit ici m’inquiète un peu. Vais-je dormir sereinement ? « Bienvenue au camp Telica, 4 étoiles, simple mais tellement mieux qu’un hotel 4 étoiles » me dit Jestin. Il a totalement raison ! C’est du luxe, une chance de passer la nuit dans un tel endroit. De plus, la pleine lune offre un décor surréaliste éclairant les environs.

ascension-telica
Le début de l’ascension est plutôt facile
randonnee-telica
Chemin de randonnée
telica-cratere
Cratère du volcan Telica
coucher-soleil-telica-1
Coucher de soleil sur le volcan San Cristóbal
camping-telica
Au menu de ce soir : tortillas à la mexicaine

Lever de soleil et retour à Leon

Levés à 4h30, ça pique ! Il fait frais et on voit à peine dehors. Il va falloir monter pour assister au lever du soleil. Je ne sais pas si c’est une bonne idée. De plus, je suis mal réveillée, je vois mal malgré ma lampe frontale et marche  en perdant souvent l’équilibre.

En haut, le vent souffle très fort. Jestin est emmitouflé dans son sac de couchage tentant de se protéger du froid et du vent. Une vue sur 380° couplé à un soleil levant ça n’a pas de prix ! À ce moment précis, je ressens l’envie de partager ce moment avec quelqu’un, un proche.

Après la fin du spectacle, nous redescendons prendre le petit-déjeuner. Je demande à Jestin s’il a déjà vu le volcan en activité. Il y a quelques années, lorsqu’il était avec des amis, le volcan s’est mis à cracher des jets de roches et ils ont eu très peur. Ils ne sont pas enfuis et mais sont restés en attendant que ça passe. 15 minutes, c’est long… Très long. Bon… Heureusement qu’il ne m’a pas dit ça la veille ! De plus, la capitale Managua à été détruite à de nombreuses reprises par des tremblements de terre en 1895, 1932 et 1972.

Une fois nos ventres remplis, nous préparons nos affaires et c’est parti pour 1h30 de descente sur un chemin ombragé avec une vue sur la plaine. Quand nous arrivons, je suis surprise de voir que le temps est passé bien vite !  Maintenant il est temps de rentrer, reprendre des forces pour le prochain trek de demain !

campement-telica
Campement au pied du volcan Telica
chaine-volcan
Cordillère de Los Moribios
panorama-telica
Vue panoramique du volcan Telican
cratère-volcan-telica
Volcan Telica
randonnee-telica
Les environs de Leon : la plaine et la mer
volcan-santa-clara
Volcan Santa Clara
Auteur

Commentaires

  1. J’adore, je voyage toujours avec toi ! Les photos sont magnifiques ! Par contre dormir au pied du volcan … wouaw bravo !

Laisser un commentaire