À Ayutthaya, j’essaie en tant bien que mal d’obtenir une place dans un bus, train pour rejoindre Chiang Mai. Chose que je ne savais pas : ils sont bookés bien à l’avance pour la période du nouvel an thaï. J’ai eu beaucoup de chance, j’ai réussi à obtenir une place dans un bus de nuit, et grâce au réseau couchsurfing, un hôte a accepté de m’héberger à la dernière minute.

Revenons en au sujet de l’article. Songkran est une fête religieuse qui marque le début de l’année d’après le calendrier lunaire célébré du 13 au 15 avril. Les dates varient selon villes mais dépendent toujours du cycle lunaire. Il est plus particulièrement fêté à Bangkok et Chang Mai (d’où ma venue).

Nouvel an bouddhique rime avec fête de l’eau. D’immenses batailles d’eau ont lieu dans toute la ville, tout le monde se fait arroser qu’ils soient en voiture, moto, à pied. Selon la croyance, l’eau permet d’éliminer la malchance et purifie.

Ayant rendez-vous avec Kevin, mon hôte, au Ta Pae gate, je m’y suis rendue en song taew en ne sachant absolument pas à quoi je devrait m’attendre. Plus j’approche à destination, plus il est difficile d’y accéder quand on est motorisé. J’assiste à des scènes très drôles où tout le monde armé de pistolets, seaux s’aspergent d’eau. Ça me fait rire, sauf que quelques minutes plus tard, je me retrouve complètement mouillée. Les gens sont sans pitié, que vous soyez à l’intérieur ou non, vous finirez mouillé, ça c’est sûr !

Finalement, je décide de descendre avant destination. Je suis plus que motivée pour moi aussi participer à ces batailles. Je me procure un pistolet à eau ainsi qu’une pochette en plastique pour protéger mon téléphone et l’argent. Parce que oui, on finit par vraiment être trempé.

J’arrive au Ta Pae gate et il y a une ambiance ! Tout le monde est joyeux, tout le monde est heureux ! Il y a de la musique, tout le monde danse sans se soucier de quoi que ce soit. 

Je retrouve Kevin. Il habite Chiang Mai depuis 10 ans et connait bien le coin. On part faire un tour le long de la rivière qui encercle la ville. On s’arrête dans un bar où il y a une foule de touristes. Cette fois c’est la « guerre », je plus que motivée pour asperger les passants vu que je suis sur le trottoir. Mais nous avons aussi des rivaux : ceux situés sur le trottoir d’en face ! Grand moment de fraîche rigolade !

Le fait d’être près de la rivière nous permet de faire le plein d’eau facilement. Seule chose que j’ai peu apprécie : l’eau froide voire glaciale. Ils sont malins, ils ont d’énormes blocs de glace (qui se vendent aussi d’ailleurs) que l’on mélange à l’eau de la rivière. Bref, j’ai adoré Songkran !

Auteur

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.