Vu d’en haut, Rio de Janeiro est incontestablement l’une des plus belles villes du monde. J’ai passé 6 jours à découvrir cette ville, l’apprivoiser, et je peux clairement dire qu’elle fait maintenant partie de mes villes préférées (avec Paris, New York, MelbourneSalvador de Bahia et Medellín où  je vis actuellement) et je me vois bien y vivre plusieurs mois. 

Rio est fascinant. Un climat parfait, ensoleillé, un hiver où on peut aller glander à la plage, faire des randonnées (eh oui !), des ballades à vélos, une ambiance nocturne, bref plein de choses. Vous l’aurez compris, impossible de s’ennuyer. 

D’ailleurs, elle porte parfaitement son surnom de « Ciudade maravilhosa » (ville merveilleuse).

Comme je le disais plus haut, Rio vu d’en haut, c’est magique. C’est beau. Et justement, mes moments préférés,  c’est quand j’avais les yeux rivés sur l’ensemble de la ville.

Corcovado et le Christ Rédempteur

Une visite de Rio sans le Corcovado serait incomplète. Sur le mont Corcovado (culminant à 710 mètres d’altitude) se dresse le fameux Christ rédempteur, symbole de la ville des Cariocas (habitants de Rio). D’en bas, impossible de le rater, il veille sur la ville.

Ce monument historique de 30 mètres de haut est l’œuvre de Paul Landoswky, un sculpteur français.

Petite nouveauté depuis l’année dernière, il faut prendre ses billets à l’avance. Pour y accéder, 3 options sont possibles : en voiture, en train depuis la station Cosmo Velho (le trajet dure une quinzaine de minutes) ou alors à pied en faisant une randonnée à travers la forêt tropicale depuis le Parque Large (l’ascension est dure paraît-il).

Le Corcovado est le premier site que j’ai visité, la surprise fut intacte. Il y a beaucoup de monde mais cela n’enlève rien en sa beauté.

Pain de sucre 

Moins imposant que le Corcovado, le pain de sucre, « Pao de azucar » en portugais, situé dans le quartier d’Urca est de loin le site que j’ai préféré : vue sur la praia Vermelha, les quartiers de Botafogo, Copacabana et Flamengo. De plus, on assiste à un ballet d’avions atterrissant à l’aéroport de Santos Dumont.

Pour y accéder, il faut d’abord prendre un premier téléphérique jusqu’au Morro de Urca puis un second jusqu’au Pain de Sucre. 

J’avais peur de la file d’attente, longue paraît-il, mais à ma grande surprise l’attente fût brève (j’y suis allée pendant l’heure du déjeuner vers 13 heures).

Y aller le matin est tout de même mieux, la lumière est meilleure, point important pour les amateurs de photographie ! Ou encore le soir pour assister au coucher du soleil.


Deltaplane depuis Pedra Bonita

J’aime les sensations fortes et j’ai toujours eu envie de faire du parapente, du deltaplane. L’occasion était vraiment trop bonne pour passer à côté d’une expérience pareille : le prix et le lieu m’ont facilement convaincue pour faire du parapente. 

Rendez-vous pris à la dernière minute. On est venu me chercher pour aller à la plage de São Conrado.

Un multitude de parapentes reposent sur le quai bordant la plage. Toutes les dix minutes, on assiste à l’atterrissage sur la plage. J’attends (im)patiemment mon tour et l’excitation est à son comble.

Il faut d’abord se rendre au Pedro Bonita en voiture (il est possible d’y aller à pied en y faisait une randonnée). Renato, le guide avec qui j’effectuerais le vol me livre des conseils. Entre la beauté des paysages (vue sur São Conrado, les favelas Rocinha et Vigidal), son humour, les dix minutes de vols sont passées très vite.

sao conrado rio deltaplane rio deltaplane rio

Morro de Los dos irmãos 

Rio ne cesse de me surprendre. Il est vraiment aisé de trouver des randonnées à faire aux portes de la ville.

6 jours sur place me donnent un bon aperçu mais ce n’est guère suffisant. Manquant de temps, je dois choisir entre l’ascension de Pedra de Gavea et le Morro de los dos irmãos (les deux frères) j’ai finalement opté pour le second choix (le plus facile aussi).

Cette fois-ci, j’ai fait appel à un guide local, Marcos. Nous partons de la. Station de métro Cantagalo et longeons les plages d’Ipanema et Leblon pour rejoindre Vigidal, une favela pacifiée depuis quelques années. 

De là, nous prenons une moto-taxi pour aller au point de départ de l’ascension. La montée dure 45 minutes. On traverse la forêt, puis au fur à mesure que nous nous approchons du sommet, les arbres se font de plus en plus rare.

Une fois là haut, sur le rocher (d’ailleurs, vu d’en bas, on se demande bien comment on peut arriver ici), on a une belle vue sur la favela Rocinha et Rio. Au retour, nous nous balladons à pied à travers la favela.

Visiter une favela ne m’intéressait pas à la base, car il n’y a rien à voir et cela s’apparente plutôt à mon goût à du voyeurisme… 

L’ascension de Pedra de Gavea sera pour une fois prochaine, parce que je compte bien revenir !

favela vigil favela vigida favela rocinha morro dos iríamos

 

 

 

Auteur

Commentaires

  1. Il faudra que j’y aille un jour, j’ai le projet d’aller en Guyanne puis le Brésil … Très belles photos, qui donnent envie d’y aller !

  2. Sympa la dernière rando, tu me donnes des idées pour un prochain séjour à Rio ! Nous y avons pour notre part passé 9 jours en août 2016 ( qq jours de JO, puis visite) et nous avons été très emballés…

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.