26 septembre 2012. Après une nuit très courte en sommeil (2 heures), le coeur très lourd, rempli d’émotions, il est temps de partir. Check-in, embarquement sans souci, vol agréable, 11h25 plus tard, je débarque à Hong-Kong.

Vénus m’accueille à l’aéroport. Il est 7h30 du matin, et Angel qui doit m’héberger travaille et finit en fin d’après-midi. On dépose donc mes bagages à la consigne de Central Station.

Je suis éclatée, une sensation d’oppréssion à cause de la grandeur des immeubles environnant, l’étroitesse des rues, la froideur des habitants. La fatigue sans doute. Mais on m’expliquera plus tard qu’en effet, les gens d’ici travaillent beaucoup. Certains 24h/24 et avec très peu de vacances. Au final, il y a pire que les parisiens dans le métro.

Rencontre avec Candy, Angel, Ricky pour un premier déjeuner typiquement chinois. Pas fameux du tout je dois l’avouer.

Petit tour en ville en tramway. Hong Kong possède les plus vieux tramways du monde.

Découverte bizarroïde de produits culinaires comme les hippocampes, insectes, nageoires dorsales de requins séchés en vente.

DSC_8759

DSC_8770
DSC_8762 DSC_8763

A 18 heures, rencontre avec Angel qui vient me récupérer. Je passe cette première soirée en compagnie de sa famille dans un restaurant qui est réputé pour accueillir des réunions familiales. On se retrouve donc autour d’une table avec une quinzaine de personnes. Le dîner est long, les plats ne cessent d’arriver. Je n’ai qu’une envie : DORMIR.

Le repas terminé, Angel m’emmène voir le Jumbo Kingdom au port d’Abeerden. C’est un restaurant flottant gastronomique chinois 6*.

DSC_8792 DSC_8803 DSC_8813

Lendemain, rythme typiquement hongkongais : réveil à 7h, files d’attentes interminables pour prendre le bus, embouteillages monstres (en semaine du lundi au vendredi). Les habitants prennent souvent leur petit-déjeuner (tout comme le déjeuner et dîner d’ailleurs) à l’extérieur.

Venus sera mon guide pour la journée. Malheureusement, ce sera une mauvaise journée pour ma part, je suis au plus au plus mal et malade. Je finis donc au lit.

DSC_8878

Lendemain, journée « relax » à la plage de Big Wave Beach. J’en profite pour me reposer, ce sera dodo au maximum. Le soir, restaurant en collectif avec une dizaine de sourds. Il y a également des sourds Coréens de Séoul. L’occasion idéale pour découvrir les différentes langues des signes.

DSC_8904

Une nouvelle journée en compagnie des coréennes, Karen et Candy. Cette fois, direction Stanley Plaza. C’est vraiment un coin calme, « paisible », certes touristique situé à 40 min en bus du centre. Une fois la journée passée, la vue d’Hong Kong de nuit nous attends. On prends le Peak Tram, le funiculaire qui nous relie le quartier de Central au sommet de Victoria Peak. Magnifique !

DSC_8952
DSC_8994

La dernière journée sera consacrée au Tian Tan Buddah sur l’île de Lantau. On peut y accéder soit en car soit en remontée mécanique. Sachant qu’il y avait une file d’attente énorme, nous avons préférés prendre le bus. Avantage : plus économique.

J’aurais donc passé 4 jours à Hong Kong, qui à mon goût était un peu beaucoup car même si c’est une ville qui offre beaucoup de choses à voir, j’ai malheureusement peu apprécié le côté (très) speed & stressant, et la froideur des habitants. Mais toutes les rencontres faites ont rendu le séjour beaucoup plus agréable !

La vie à Hong Kong

Hong Kong possède sa propre culture qui diffère avec celle de la Chine. On y parle majoritairement le chinois et l’anglais. Même si langue chinoise est identique à la Chine, l’écriture n’est pas la même. L’écriture de Chine est plus longue et celle de Hong Kong est simplifiée.

Même chose pour la langue des signes.

Tous les dimanches, les philippines se réunissent et envahissent les trottoirs des parcs, hall d’immeubles et métro. C’est un moyen de passer un bon moments entre elles. Elle bavardent, apportent à manger et y restent jusqu’à très tard le soir. La majorité d’entre elles travaillent en tant que femmes de ménage, le salaire est plus élevé que dans leur pays d’origine.

Hong Kong est une ville en perpétuel mouvement, comme à Paris, il y a énormément de monde dans les transports en commum. Seule différence : chacun fait la queue sagement en respectant les lignes pour prendre le bus par exemple.

Il existe une carte OCTOPUS. Elle permet de payer les transports en commun, les courses, les entrées au musées et bien plus encore. Il suffit de l’alimenter et le solde diminue après chaque achat. Un tarif préférentiel est mis en place pour les personnes âgées (dès 65 ans). Vraiment pratique !

Auteur

Commentaire

  1. Magnifiques photos comme d'habitude, et le texte est agréable et me fait toujours sourire. Merci de prendre le temps de faire ce blog. Ça nous fait voyager et on a l'impression de te suivre dans ton aventure.
    Si tu peux, note (pour toi, ou à part ?) le plus de choses possibles sur les différentes langues des signes, ça m'intéresse beaucoup. Merci.
    Bon voyage et gros bisous
    Miss P

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.