J’ai quitté Sapa en prenant un (mini) bus me menant à Dien Bien Phu. Le trajet se déroule en pleine montagne, on traverse des rizières, puis la route rejoint le Mékong. C’est tout simplement magnifique, comme une petite impression d’être sur la route qui mène de Queenstown à Te Anau en Nouvelle-Zélande. On passe par la ville de Lai Chau.  Le trajet dure environ 8 heures.

D’après le lonely planet, le bus qui passe par la frontière Lao-Viet part de Dien Bien Phu à 5 heures du matin. Pour faciliter la tache, je dors à l’hostel juste en face. Pratique. La gérante me dit qu’il y a deux bus : Un qui part à 5 heures à destination de Nong Khiaw et un autre à Oudom Xai à 8 heures 30. J’ai opté pour le deuxième choix.

Je suis arrivée à Dien Bien Phu en fin d’après-midi. Je suis déjà saoulée du Vietnam et plus aucune motivation pour visiter les coins environnants, donc un petit tour au marché afin de faire quelques provisions pour le trajet du lendemain, diner et hop rentrée.

Le lendemain matin, réveil à 6h45, je refais mon sac (défaire et refaire son sac, on prends vite l’habitude) et me dirige vers la station de bus. Je croise les espagnols qui ont fait le trajet la veille avec moi. Je découvre avec horreur le bus rempli. Plus aucune place, je ne vois vraiment pas où je peux m’asseoir. Finalement, je m’installe au tout devant entre le chauffeur et siège de droite. Place très étroite, impossible de bouger plus. Au final, j’adopte la pose du « penseur » de Rodin.

le-penseur-auguste-rodin-620x350

On quitte la station de bus. La route est vraiment très mauvaise avec beaucoup de nids de poule. Arrêt dans un petit village pas très loin : chargement à bloc du bus avec du riz, colis etc, tous ça sur le toit du bus.

Nous nous trouve dans un village où la majorité des habitants sont issus de la minorité ethnique « Thai Dam ». On reconnait les femmes mariées grâce à leurs chignons.

http://www.wehelpwarvictims.org
http://www.wehelpwarvictims.org

Le trajet est désespérément long, le bus roule à 30 km/h maximum, le chauffeur est prudent, en même temps, on est en pleine montagne.

Arrivés à la poste frontière de Tay Trang, on se fait tamponner nos visas de sortie du territoire vietnamien. J’en profite pour échanger les dongs en kip au noir. Puis quelques kilomètres plus loin, on fait nos demandes de visa pour le Laos. C’est très rapide, 30 minutes. Les tarifs varient selon les pays. Pour la France, c’est 32$.

On arrive à Oudom Xai, la nuit commence à tomber. Le trajet à duré près de 12 heures. La flemme de chercher un endroit pour dormir, je prends le premier hostel que je vois à deux pas de la station de bus. Chambre pourrite, je sors mon drap de soie.

Lendemain, direction Luang Prabang.

Auteur

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.