En attendant que je vous narre de nouvelles aventures autour du globe, je laisse la parole à ceux qui souhaitent partager leurs expériences. Aujourd’hui, entretien avec Audrey qui s’apprête à réaliser son rêve : partir en mission humanitaire au Bénin auprès des enfants sourds. Une expérience qui promet d’être enrichissante…

Bonjour Audrey, peux-tu te présenter s’il te plaît ?

Audrey, 30 ans, je suis entendante et travaille sur la gestion de budget au service des essais en vol à Airbus à Toulouse. Je vis à Colomiers (31). Mon projet est de partir en mission humanitaire au Bénin dans une école pour enfants sourds et d’y créer une bibliothèque. Pour cela j’ai collecté autour de moi des livres que je dois maintenant expédier vers l’école.

Comment t’es venu l’idée de faire une mission Humanitaire ? Quel est ton objectif ? Pour combien de temps pars-tu ?

Depuis l’âge de mes 17 ans je souhaite partir en mission en Afrique. A 30 ans je me décide enfin à réaliser ce rêve de longue date. J’ai choisi le Bénin parce que les béninois parlent français, donc beaucoup plus facile pour moi car je ne maitrise pas à ce jour suffisamment bien l’anglais. Ensuite j’ai choisi plus précisément l’association « Solidarité sourds Bénin » car en 2009 je suis partie en formation pendant 6 mois à hauteur de 30h/semaine pour apprendre la langue des signes. Ce fut donc pour moi une évidence de choisir cette association car cela me permettait à la fois de partir en mission en Afrique et de pratiquer cette langue que malheureusement j’ai du mal à pratiquer ici en France. Mon objectif est d’arriver à mener jusqu’au bout mon projet, c’est-à-dire créer une bibliothèque au sein de l’école à Cotonou. J’ai un mois sur place pour le réaliser.

Y-a-t-il certaines conditions pour travailler en tant que bénévole ?

Cela dépend des associations mais concernant « solidarité sourds bénin » il faut : parler français, parler un minimum la langue des signes, aimer les enfants et avoir un projet. Je possédais tous ces points sauf avoir un projet. J’ai donc fais des recherches, regardé de plus près le site et lors d’un témoignage une bénévole parlait du souhait du directeur de mettre en place une bibliothèque. Donc je me suis dit pourquoi ne pas essayer de réaliser son rêve ? C’est pour cela qu’aujourd’hui je me bats pour atteindre cet objectif que je me suis fixé

Comment as-tu connu cette association ?

Un peu de hasard et de magie… En fait une amie avait créé une page Facebook en relation avec des personnes sourdes, en y allant voir, elle y avait inséré un lien, celui de l’association. Cherchant à ce moment-là UNE Association qui me conviendrait je ne pouvais que m’y arrêter dessus. Le lendemain de cette découverte j’ai croisé par hasard toujours un collègue béninois qui 15 jours après partait pendant un mois dans sa famille au bénin. Je lui ai donc parlé de cette école et il m’a proposé de prendre l’adresse et d’y aller voir pour voir si celle-ci existait vraiment. A son retour il m’a raconté que des choses positives donc mon choix était fait. C’était cette association que je choisissais.

Pourquoi cet intérêt pour la langue des signes ?

Ma mère est garde-malade dans une MAS avec des personnes handicapés et sourdes. Donc petite elle me montrait quelques signes et m’initiait cette langue. Adolescente j’ai rencontré la mère d’un ami qui était malentendante et à son tour m’a appris cette langue. Tout au long de mon enfance et adolescence j’ai pu approcher cette langue. Donc l’apprendre pour moi fut une évidence. J’ai donc en 2009 fais une demande auprès de mon employeur pour partir 6 mois en congés individuel de formation (CIF) pour apprendre la LSF, 30h/semaine. Voilà le pourquoi du comment qui m’a mené à apprendre la LSF.

Quelles sont les difficultés que tu rencontres concernant sa pratique ?

Sortie de cette formation, il a été difficile pour moi de pratiquer. Mise à part avec les personnes rencontrées lors de cet apprentissage, qui sont aujourd’hui devenu des amies mais cela n’est pas suffisant pour me maintenir à niveau. C’est aussi l’une des raisons qui a orienté mon choix vers cette association « Solidarité sourds Bénin ». Je sais que les premiers jours vont être difficile, le temps que les signes reviennent mais c’est la meilleure manière de se remettre dans le bain. Après un mois au Bénin, j’espère le parler correctement et être plus en confiance dans mes signes. Ça seul l’avenir nous le dira…

A 2 mois et demi du départ, comment te sens-tu ? Quelques appréhensions ?

Le stress commence à monter car j’ai le GROS challenge de trouver minimum 1200€ avant la fin du mois de novembre. Je n’ai pas d’appréhension de mon arrivée en Afrique… Pourquoi ? Je ne sais pas, peut-être parce que c’est l’inconnu et que je ne sais pas ce qui m’attend !! J’ai plus de crainte sur le transport des livres car sans celui-ci je ne pourrai mener à bien mon projet.

Pourquoi avoir lancé un appel aux dons ?

J’ai lancé un appel aux dons via internet car c’est un moyen qui semble porter ces fruits. Vu le court délai que j’ai pour trouver l’argent pour financer l’envoi des livres, je ne voyais pas un autre moyen. Ayant déjà financé mon passeport, les vaccins, le billet d’avions je ne pouvais pas financièrement prendre en charge le transport. Je pensais arriver à me le faire financer par une société mais cela est impossible. Donc c’est pour cela que je fais appel aux internautes pour m’aider à donner le sourire à des enfants et leurs permettent d’avoir une bibliothèque au sein de leur école.

Merci Audrey ! Bonne chance et plein de belles aventures !

Si vous souhaitez faire une petite contribution pour l’aider à réaliser son projet, rendez-vous ici !

Auteur

Commentaires

  1. Intéressant… avec pleins d'informations Merci et je confirme que l'école existe bien…bon courage Audrey, je suis avec toi..

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.