Très cher Salvador,

Je tenais à te déclarer ma flamme parce que tu as su me toucher, me combler, me charmer et encore les mots me manquent pour te dire l’effet que tu m’as fait.

Parfois, il y a des choses qui ne s’expliquent pas, c’est une évidence, tel est le cas avec toi. Avant même de faire ta connaissance, je savais que toi et moi on allait bien s’entendre.

J’ai toujours eu une attirance envers tout ce qui regorge de couleur. Mes yeux se régalent en voyant tes ruelles colorées, tes multitudes fitas de bonfim attachées un peu partout. Elles portent bonheur paraît-il…


Ton architecture, ton style, ne me laissent pas indifférente et me rappelle de doux souvenirs lors de ma courte escapade à Lisbonne.

En faisant plus ample connaissance avec toi, je découvre une autre facette de toi : un long et douloureux passé qui éveille ma curiosité.


Quand je suis arrivée à Pelourinho, j’ai immédiatement été saisie de plein fouet par ton ambiance : tes potes faisant de la capoeira, les groupes de personnes chantant en cœurs tout en déambulant les rues pavées sur des rythmes de musique africaine, tes copines superbement bien vêtues de robes traditionnelles imposantes et coiffes. J’avais la sensation d’être aux Antilles et parfois l’impression de voir ma grand-mère et j’avais terriblement envie de la voir.


Tes compatriotes sont très chaleureux et j’ai été accueillie à bras ouverts par l’une d’entre elles. Sa maison, du style colonial est un petit coin de paradis. Ses meubles imposants, objets et divers tableaux donnent beaucoup de caractère à sa demeure.


Tu m’as rendue folle. Prise d’une frénésie,  j’avais envie de t’embrasser à coup de « clic ». Parfois les yeux suffisent pour se remémorer de ce que l’on voit, il suffit de savourer l’instant présent  mais la c’était absolument différent, je voulais absolument une trace visuelle.

Très vite, je me suis familiarisé avec ton style de vie. Tu sais, les débuts ne furent pas simples. J’avais beaucoup d’apprehensions nourries par de fausses croyances de ce que j’ai pu lire ou voir, mais au final, rien ne vaut de le vivre, voir et sentir par soi-même.

Ne change pas, je reviendrais te voir très bientôt… ❤️

Affectueusement,

Stéphanie

Auteur

Commentaire

  1. Ton blog va devenir un rayon de soleil par ces températures négatives que nous avons en France !
    C’est vrai que certains paysages ressemblent à ceux de Lisbonne, c’est c’est chaleureux, c’est ensoleillé, ça donne envie ! C’est vrai qu’en regardant certaines de tes photos, on a l’impression de sentir un petit bout des Antilles 🙂

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.