À défaut de pouvoir parler d’aventures sur le blog, rares sont les posts avec une touche très personnelle.

On vante souvent les bienfaits d’un voyage, que ce soit sur le court ou long terme comme par exemple apprendre à davantage se connaitre, aller vers les gens et j’en passe… Mais pas que, parfois ça va bien plus loin, en tout cas, d’après mon expérience personnelle, et c’est de cela dont j’ai envie de partager avec vous aujourd’hui.

La première fois que je suis partie seule, c’était au Mexique en 2007. A cette époque là j’étais une jeune fille renfermée sur moi-même, timide et je souffrais de dépression depuis belle lurette. Je ne m’en sortais pas parce que j’étais moi-même persuadée que cette « maladie » se gardait à vie et qu’il n’y avait tout simplement aucune issue. Et surtout je refusais de voir la vérité en face, c’est à dire d’accepter « ça », et de me « soigner ». La honte y était pour beaucoup. Appeler à l’aide était la chose plus difficile qui soit.

C’était l’été, il faisait chaud à Paris, un bel été qui se terminait, mais je m’ennuyais ferme. En surfant sur le net, j’ai repéré une offre alléchante : 10 jours à Riviera Maya (quelques kilomètres au sud de Cancun) et départ dans 3 jours ! Personne pour m’accompagner, je n’ai pas réfléchi deux fois et je suis partie. J’avais pris un package all inclusive. Le site était très joli, bordé d’une plage magnifique. Mais le fait de rester dans l’hotel sans bouger, à côtoyer les même personne et surtout de voir que les journées se ressemblaient plus ou moins m’enchantait guère. 

En faisant une ballade en dehors du complexe hotelier, petite déception, il n’y avait rien à voir. Le lendemain, sur un coup de tête, je me suis retrouvée à Riviera Maya, une dizaine de kilomètres plus loin. Rebelote le lendemain à Tulum. J’y ai fait de superbes rencontres, avec des locaux tout comme avec des touristes. Le déclic est venu après en rentrant, je voulais absolument repartir ! Et seule !

Les voyages qui ont suivis, en Thaïlande, Malaisie, Singapour, Cambodge m’ont chacun apporté un petit plus que je ne saurais définir. Cela m’a permis de m’ouvrir un peu plus sur le monde, d’apprendre à parler de soi, d’être moins timide, et surtout m’apportait du baume au coeur, comme un pansement si vous voulez. Chaque retour étant ponctué d’un « il faut que je reparte, ce n’est pas fini ! ». J’avais besoin de repartir. Le voyage était devenu mon anti-dépresseur en quelque sorte. Cela pouvait être assimilé à de la fuite : partir ailleurs parce qu’on se sent mieux que chez soi, mais c’en était tout autre.

Vint le jour où je suis partie en Océanie en décembre 2011-janvier 2012. Au programme : 3 semaines en Australie, 2 semaines en Nouvelle-Zélande suivi de quelques jours au Fidji. C’était la première fois que je partais aussi longtemps. J’ai fait une multitude de rencontres, vu des paysages incroyables, eu des expériences improbables, et pour la première fois de ma vie, je crois, j’ai eu le sentiment d’être heureuse. Ce sentiment qui arrive par surprise pendant que vous contemplez un paysage de dingue. Ce jour là, j’ai eu comme une sensation de légèreté. Ce voyage m’a donné envie de partir plus longtemps. De faire un vrai break, une pause dans ma carrière professionnelle parce que je voulais passer autre chose. Partir avec seulement un billet aller. Partir à l’aventure sans ce soucier de quoi ce soit. Advienne que pourra, l’avenir me mènera là où je devrais être.

En rentrant en France, les choses avaient changées, j’ai compris que j’étais guérie. Je pensais déprimer, comme souvent à chaque retours, mais que nenni! À ma grande surprise, j’étais bel et bien guérie. Je suis devenue plus forte et j’ai développé une certaine résilience qui fait que maintenant plus rien ne me fait peur. Aujourd’hui, je suis une autre femme, fière d’être celle d’aujourd’hui, d’avoir surmonté l’insurmontable. La vie est belle !!

Alors, bien sur, aujourd’hui, ma passion pour les voyages est toujours aussi forte mais je ne pars plus pour les mêmes raisons citées plus haut. Je suis toujours aussi gourmande et curieuse de savoir ce que notre chère Terre a à nous offrir, de rencontrer des gens issus des 4 coins du monde.

Auteur

Commentaires

  1. Je me souviens…Une de tes première destination c'etais Cologne! Et j'en garde un tres bon souvenir! Une jounée j'etais venue te voir dans ta piole à Cologne et apres m'avoir montrée tes derniers colages, d'ailleurs de super chefs d'oeuvres artistiques! On avait décider qu'on aimerait bien jouer au Badminton! Alors on a rechercher un court de badminton libre et on a traverser cologne pour arriver dans une salle de sport pour jouer au badminton! Je m'en souviendrais toujours de notre escapade!
    Alors à bientot pour plus de recit de voyages!
    Bisous
    Natascha

  2. Très beau témoignage ma chérie. Chacun peut trouver remède à son âme et pour toi tes différents voyages auront été tes planches de salut. Continues de nous faire rêver car malgré tout, je pense que tu es la plus courageuse d'entre nous. Lov U <3

  3. Très joli récit, merci pour ce partage de ton expérience ! Je comprends ce que tu dis car voyager seule m’a aussi permis de prendre confiance en moi… Aujourd’hui je ne pourrai plus me passer de voyager. Je trouve l’histoire du badmington absolument géniale, cela illustre le côté « tout est possible » des voyages… que l’on peut ensuite appliquer dans sa vie quotidienne.

Répondre à Nath' Annuler la réponse.