Les voyages c’est génial ! Oui mais pas toujours… Après avoir eu affaire à de délicates situations au gré des voyages et une discussion avec une amie (noire), nous sommes arrivées au même constat : il n’est pas toujours évident de voyager quand on est noir.

Ma couleur de peau suscite la curiosité pour certains…

On me demande très souvent d’où je viens, et en Asie du sud-est beaucoup étaient persuadés que j’étais américaine ! Quelqu’un m’a même lancé « Do you have a gun ? » (est-ce que tu as un pistolet ?)… 

Dans certains pays, les gens cherche à éviter au maximum du soleil, quitte à se vêtir de hauts à manches longues, gants, parapluies… Dans un bus au Laos, une femme assise à côté de moi me dit de faire attention au soleil et de ne pas m’exposer, pensant que ma couleur de peau était due au soleil. Cela m’a doucement fait rire et j’ai essayé de lui expliquer que je suis noire de nature et que c’est tout à fait normal. Et que les noirs bronzent aussi.
Certains vont même jusqu’à m’arrêter dans la rue pour me prendre en photo. C’est ce qui est souvent arrivé en Malaisie et Macédoine (impossible d’être tranquille dans la rue !). Des malins vont le faire très discrètement.

La peur

Parce que oui j’ai eu affaire à des cas à des gens qui avaient peur ! Comme le jeune garçon qui s’est mis à courir pour se cacher lorsqu’il m’a aperçue…

Et les moqueries pour d’autres.

La palme d’or des pays où les regards étaient bien trop insistants revient à :

La Thaïlande, le soi-disant disant « pays du sourire » mais dans le sud, j’ai trouvé les sourires tellement hypocrites ;
Le Vietnam ;
La Malaisie ;
– Et le Sri Lanka, par contre là, il faudrait qu’on m’explique leur concept, ils sont aussi noirs que moi voire plus même…

Il n’était pas rare où je fus pointée du doigt avec des regards et rires moqueurs. Certains allaient même jusqu’à courir pour aller chercher untel pour leur informer de la présence d’une personne noire dans la rue.

On aura beau me dire « mais tu t’en fous », « n’y prête pas attention », mais subir cela quotidiennement devient très très pesant.

Je ne vous apprends rien, le racisme est présent partout.

Au nord du Laos, à Oudom Xai, une ville où la communauté chinoise devient de plus en plus importante, je me suis vue refuser d’être servie à manger dans un restaurant. J’ai été totalement ignorée sous les regards moqueurs des serveuses.
Mais ma pire expérience s’est déroulée à la frontière Turco-Bulgare. Lors du passage au premier poste frontière, après avoir donné mon passeport, j’ai eu droit à des regards douteux de la part de l’officier me demandant si c’est bien moi sur la photo. Je précise que c’est une photo tout à fait récente et qu’il n’y avait en aucun cas de quoi douter, loin de là ! Jamais de toute ma vie je n’ai eu droit à ce genre de situation. Même après avoir dit oui, il n’avait pas l’air de me croire. La colère commence à monter, difficile de se contrôler pour ne pas les insulter… Il finira par me laisser passer, j’étais extrêmement gênée et énervée d’autant plus que j’étais la seule à subir ça parmi toutes les autres personnes ! 
Quelques mètres plus loin, même scénario à l’autre poste. Cette fois-ci l’officier va s’adresser à une femme qui va me scruter du regard, en regardant et insistant bien sur les détails de mon visage (yeux, oreilles…). L’hallucination totale ! Que faire ? Garder son calme oui, parce que s’énerver auprès d’un officier ça ne va pas trop le faire…

 

C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase, après 1 mois en Asie du Sud-est à subir les regards pesants des gens, il ne manquait plus que ça. De quoi donner un gros coup sur le moral et je n’avais qu’une envie… pouvoir marcher dans la rue incognito.


Et vous, avez-vous déjà été victime de racisme pendant vos voyages ?
Auteur

Commentaires

  1. Il y a des pays ou je pense que le "racisme" n'est pas comme celui qu'on vit dans nos pays occidentalisés, mais plus d'une différence culturelle flagrante.
    Exemple: en Chine, les gens sont tellement nombreux que plein n'ont encore jamais vu de blancs ou de noirs, il est donc normal "à priori" que ta/ma présence se fasse remarquer sans que cela soit du "racisme" dans l'absolu 🙂

    L'année dernière en Chine, on a été photographié sans arrêt et un pote aux yeux bleus est même devenu une superstar à son plein gré ^^
    Après oui, en Turquie, là ça s'apparente à du vrai racisme :/

  2. Hélas, le racisme on le ressent partout. Bien souvent pas la peine d'aller bien loin pour en subir les conséquences…
    Je me retrouve dans tes lignes, même si je suis un peu plus claire de peau que toi.
    Ma femme n'était pas au courante de tout ce que l'on peut vivre au quotidien et hallucine certaines fois du discours des gens qui ignorent qu'elle est mariée à un homme avec la peau foncée.
    Par exemple je me souviens que dans certaines villes c'était la galère pour louer un appart et nous étions obligé de nous séparer pour les visites …
    Des exemples comme ça, j'en ai des dizaines. Il y a des choses aussi que je m'interdis de faire dans les magasins (comme fouiller dans mon sac à dos), c'est la fouille intégrale assurée à la sortie du magasin sinon…

    Ce qui m'a bien fait rire dans ton article c'est la petite remarque sur le bronzage, les gens hallucinent aussi quand je leur dis que moi aussi je bronze (il m'arrive même d'avoir des coups de soleil ! ).

  3. J'avais entendu parlé d'une voyageuse noire (je ne sais plus de quelle origine) en Mongolie, qui s'était faite jeter des pierres. Ce n'était pas du racisme comme on ne connait en France, mais une grosse panique de la part des locaux qui n'en avait jamais vu. A l'inverse, au Mali, j'ai fait pleurer un certain nombre de jeunes enfants, qui se demandaient ce qu'était ce truc blanc. Après, il est sûr qu'on pardonne à un gamin, moins à un adulte… Et se prendre une pierre, c'est vraiment choquant, alors que faire pleurer les gamins, c'est plutôt drôle (ça faisait marrer les parents).

    Je suis assez d'accord sur la Thaïlande, qui est un pays moins tolérant qu'on pourrait croire. A titre personnel, j'y ai expérimenté l'homophobie. Avec des cheveux courts et une chemise large, je passe facilement pour un garçon dès que je ne parle pas. Résultat, mon compagnon a dû plusieurs fois argumenter pour obtenir un lit double, sous des regards réprobateurs (j'ai mis du temps à comprendre qu'ils me prenaient pour un garçon).

    Après, je rejoins Emmanuel sur le fait que les pays asiatiques n'ont pas non plus le même rapport à l'autre que nous. Là-bas, dévisager, pointer du doigt, etc. ne choque personne, du coup, tout prend des proportions énormes. Outre les photos, je me suis faite pincer constamment en Inde : les mecs voulaient voir si mon tatouage s'effaçait. C'est typiquement le genre de comportement qu'on n'attend pas d'un adulte… Ils ont une curiosité qui est amusante, mais un sans-gène qui nous bouscule un petit peu ^^

  4. Stéphanie,

    Merci pour cet article fort intéressant.
    Eh oui, le racisme est partout, même s'il peut prendre différentes formes.
    Je pense que partir à l'aventure, c'est aussi prendre des risques, et tout n'est pas rose ailleurs non plus…
    Au Costa Rica et au Mexique, les gens plus sombres souffrent de racisme de la part de ceux qui sont ne serait-ce qu'une demi-teinte plus clairs. Ca m'a beaucoup attristée quand j'ai compris ça. Et pendant qu'on y est (mais sur un autre sujet) le monde entier aussi est matérialiste, ce n'est pas que l'Occident, loin de là.
    Sur ce, passe une bonne journée et de bonnes vacances.
    Bisous

  5. Merci à tous pour vos témoignages divers et intéressant.

    @Emmanuel : Je suis tout à d'accord avec toi que selon les pays cela révèle plus de curiosité et différence culturelle. Certaines situations sont plus drôles que d'autres.

    @Yohan : Malheureusement beaucoup de gens ne savent pas ce que l'on peut subir chez soi comme ailleurs. Quand j'ai raconté des histoires à des amis, pareil ils étaient très surpris pensant que cela ne pouvait arriver.

    @Oreille : Merci pour tes anecdotes. Celle de la Mongolie est juste… WOW, et celle de la Thailande m'a surprise. Tu as très bien terminé ton commentaire en mentionnant le "sans-gène", c'est vrai que ça bouscule un peu et énerve parfois 😀

  6. Je n'irais pas jusqu'à dire que j'ai été amené à subir le racisme, mais j'ai souvenir au début de mon voyage au Burkina Faso d'être plutôt agacé que pas mal de monde m'adresse la parole en m'appelant "le blanc" ou toubabou (ce qui veut dire la même chose mais à l'avantage de sembler moins agressif à notre oreille).
    Je ne mettrais pas ça sur le coup du racisme mais c'est tout de même une distinction faite sur la base de la couleur de peau donc ça surprend. Ne me sentant pas agressé verbalement, j'ai pris le parti de m'y habituer mais bon …

Laisser un commentaire