Comme une envie de voir autre chose, je me suis donc dit pourquoi pas faire un tour dans l’île voisine, la Sainte-Lucie. Plusieurs options pour y aller : en bateau, avec un tour pour une journée ou encore l’avion. Etant près du Marin (Sud), je voulais à tout prix éviter de remonter sur la capitale afin de prendre le bateau. En surfant un peu sur la toile, j’ai trouvé une compagnie (West Indies) qui fait le trajet Marin-Castries tout ça moins cher que la compagnie Express des îles. Ils opèrent 3 fois par semaines (2 départs par jour), mieux vaut se renseigner sur place ou par téléphone. Avis à ceux qui ont le mal de mer : ça bouge beaucoup beaucoup ! 
DSC_9788DSC_9779DSC_9780
Pour se déplacer, rien de mieux que les taxis collectifs qui ne sont pas chers du tout. En arrivant à Castries, n’ayant ni guide, aucune info récoltée (partir à l’arrache, oui pourquoi pas ?), seulement l’adresse de l’hôtel à Rodney Bay, je m’y suis donc rendue en taxi. Le lendemain, je me renseigne auprès d’une vendeuse dont son stand est situé près de l’arrêt de bus. Elle me donne toutes les infos ainsi que les prix pour chaque destination. De Rodney Bay à Castries, comptez 1,30$ (caribéens), pour monter jusqu’à Gros-Islet 0,30$.
Gros-Islet est surtout connue pour la « Friday Night ». Le vendredi soir, les rues se transforment en dance-floor, attirant les locaux mais aussi les touristes se laissant emporter sur les rythmes du steel band. A éviter donc si on est à la recherche du repos.
DSC_9730
Pas de chance, je suis arrivée en semaine, mais un petit tour dans ce village de pêcheurs ne se serait pas de refus. Tout est si calme, quasiment personne dans les rues…
DSC_9768DSC_9772DSC_9773
Ce n’est pas un secret, j’adore photographier les enfants. Un brin timides au départ, déjantés à la fin, on finit par s’amuser.
DSC_9737DSC_9742DSC_9757DSC_9764
De Gros-Islet, on peut se rendre sur l’île Pigeon Island qui fut anciennement habitée par des amérindiens puis devenue un repère de pirates avant de finir en tant que camp militaire.
DSC_9775DSC_9776
Quant à Castries, la capitale, elle se visite rapidement. A vrai dire, elle ne m’intéressait guère.

Côté sécurité, oui, parlons-en ! Rien à signaler là-dessus, cependant ce n’est pas très safe pour une femme seule de rester à la plage après 18h. Et ce n’est pas moi qui le dit, des femmes m’ont mises en garde et m’ont conseillée de rentrer en me prévenant qu’un jeune homme du coin qui sympathisait avec tout le monde était en fait un voleur et ne sait-on jamais. D’ailleurs, un policier lui a passé un sacré savon, moi-même je n’avais rien compris…
Côté monnaie, comment ça se passe ? La vie est pas chère (bien moins cher qu’en Martinique et Guadeloupe), mais n’oublions pas que nous sommes sur une île et les produits importés sont hors de prix.
Sainte Lucie m’a l’air d’avoir beaucoup à offrir, j’y retournerais volontiers !
Auteur

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.