Dormir pour pas cher, c’est possible avec les auberges de jeunesse (autrement appelés « backpackers »). Une chambre composée de plusieurs lits (entre 4 à… allez 18 pour ma part !) et parfois une salle de bain. Cohabiter avec plusieurs personnes n’est pas toujours facile, mais il y a des bons tout comme des mauvais souvenirs.

Le royaume des moustiques à Sihanoukville (Cambodge).

Dortoir plein à craquer avec ses 18 lits, un bordel pas possible avec les fringues, sac à dos éparpillés un peu partout. La nuit est un véritable enfer : chaleur de dingue et… les moustiques qui te piquent des oreilles jusqu’aux orteilles. Malgré ma méthode pantalon + chaussettes + paréo en guise de couverture + écharpe + répulsif qui s’est avérée être un (véritable) échec, les moustiques ont été sans pitié !
Edit : Il s’agissait en fait de punaises de lits

La mangeuse de poulet frit à Brisbane (Australie).

Rien de plus énervant que de se faire réveiller par une odeur de poulet frit dans la chambre, à 9h du mat !

La tapeuse de discuss à Dublin (Irlande).

Une femme trèèès gentille certes mais qui était un peu trop bavarde. Mais quant tu es fatiguée et que t’as la flemme de lire sur les lèvres, ben c’est dur.

Soirée melting pot culturel à Manille (Philippines).

Première soirée, quel chance d’avoir une gérante d’hôtel hyper sympa et sociable. Soirée jeux de société avec un Japonais, Canadien, Américains, Taïwanaise, Chinoise.

Etre coincée dans la chambre à Pnom Penh (Cambodge).

Entorse obligée, j’ai du passer 2 jours alitée faute de pouvoir marcher (même avec les béquilles). Dans ces cas-là, on est bien content d’avoir son ordinateur avec des films et une bonne connexion wifi.

Rencontre avec une française à Sihanoukville (Cambodge).

Engager une discussion (en anglais) à propos d’un livre de Stephen Clarke (d’ailleurs, je vous conseille vivement ses livres, bon compromis pour progresser en anglais) et apprendre bien plus tard qu’on est de région parisienne et qu’on cherche à tout prix à éviter les français durant notre route. Amusant !

Être la seule fille dans une chambre mixte à Kuala Lumpur (Malaisie).

Ca arrive, très rarement. Mais des gars super sympa et bonne rigolade !

Ça reste tout de même l’un des meilleurs endroits pour faire des rencontres.

Auteur

Commentaires

  1. J'adore! Les moustiques t'ont eue. Ils ont l'air très malins surtout quand je lis comment tu étais habillée pour dormir. 😀
    Une mangeuse de poulet frit à 9 h du mat. Y en a qui sont pire que moi. 😛
    La seule fille dans une chambre mixte. Justement je regardais pour les auberges et ça me tracassait un peu de me retrouver seule dans une chambre mixte… En même temps tu dis que ça arrive 'très rarement'. Je pense tenter la réservation dans des chambres mixtes, mais pas pour ma première fois seule. (@stefdownunder)

  2. En faite, j'avais réservé pour une chambre de filles mais au final je me suis retrouvé dans une chambre mixte. Mais c'est plutôt sympa 🙂
    Sinon sur certains sites (hostels.com), ils indiquent si il y a des chambres filles, ça te rassurera surement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.