Voilà maintenant exactement 41 jours que j’ai quitté la France. Le périple asiatique a pris fin. Par le biais de cet article, je vais faire un court résumé de mes impressions. J’aurais donc passé :

6 jours à Hong Kong

J’ai aimé :
– La diversité des choses à voir sur cette ville ;
– Hong Kong vue de nuit depuis le Mont Victoria ;
– Enormément de rencontres ;
– Découverte de la culture sourde ;

Je n’ai pas aimé :
– La froideur des habitants ;
– Le côté speed et le stress permanent que l’on peut ressentir ;
– La nourriture ;

1 journée à Macao

J’ai aimé :
– L’architecture, un mélange chinois et portugais.
– Le nombre impressionnant de casinos ;
– La ville bien illuminée la nuit.
Je n’ai pas aimé :
– Trop de touristes (les week ends).

1 journée à Singapour

J’ai retrouvé des amis rencontrés dans cette fameuse ville il y a quelques années. Cette mixité culturelle me fascine toujours autant.

9 jours au nord du Vietnam : Hanoï / Baie d’Halong / Sapa / Dien Bien Phu

J’ai aimé :
– La beauté de la région de Sapa ;
– La baie d’Halong ;
– Rencontres avec les femmes H’mongs
Je n’ai pas aimé :
– Les arnaques omniprésentes envers les touristes et la pression incessante pour essayer de nous vendre des produits artisanaux ;
– La mentalité ;
– Le très mauvais état des routes pour passer la frontière lao-Viet qui fait que le temps de trajet était vraiment interminable

10 jours au Nord du Laos : Oudom Xai / Luang Prabang / Vang Vieng / Vientiane

J’ai aimé :
– Luang Prabang, le calme et la sérénité de la ville ;
– La nourriture laotienne ;
– Les rencontres avec les locaux qui sont dôtés d’une grande gentillesse ;
– Les magnifiques paysages, le Laos est définitivement un très beau pays.
Je n’ai pas aimé :
– Les prix exorbitants de certaines activités pour une personne (plus on est nombreux, moins c’est cher).

9 jours en Thaïlande : Koh Samui / Krabi / Koh Lanta / Koh Phi Phi

J’ai aimé :
– Koh Lanta encore assez sauvage sans trop de touristes ;
– Les plages ;
– Koh Phi Phi Ley (Maya Bay) ;
– L’extrême sympathie des Thaï ;
Je n’ai pas aimé :
– Le tourisme de masse sur Koh Samui ;
– L’arnaque pour se retrouver au centre de Krabi. Payer 200 thb de plus pour soi-disant un taxi alors que le chauffeur est le même qui nous a emmené de la station de bus de Surat Thani jusqu’à Krabi.

Il est très facile de voyager, se déplacer en Asie du Sud-Est. Toutefois, il est plus avantageux d’organiser soi-même plutôt que de passer par des agences pour obtenir des tickets de bus et bateau où les prix sont légèrement supérieurs.

Niveau nourriture, je me suis vraiment régalée au Laos avec la viande grillé, sandwich lao, crêpes, pancake…

Partant pour la première fois pour une longue durée, j’ai du toutefois apprendre à me serrer un peu plus la ceinture. J’ai majoritairement dormi en dortoir, fais du couchsurfing. On a tendance à se dire que la vie est tellement pas cher, qu’on a juste envie d’en profiter plus, ce qui est une petite erreur. Des activités alléchantes qui, certes ne sont pas chers (dans les îles en Thaïlande par exemple) mais qui feraient un peu de mal au porte-monnaie. Partir en vacances et partir à l’aventure sont deux mots qui se rapprochent mais pourtant différents.

Je suis partie de Paris avec 15,5 kg (gros sac à dos), les deux guides Lonely Planet, certains produits que j’avais pris en double (voilà ce qui arrive quand on est vraiment fidèle à une marque) ont eu raison de mon poids. J’ai fait un petit colis pour la France en me séparant de quelques objets qui finalement ne me sont pas utiles et surtout par peur de les perdre (j’ai perdu mon fameux Lapin en peluche en cours de route). En arrivant en Thaïlande, mon sac s’est beaucoup allégé, il fait 13kg maintenant (j’ai laissé le guide Asie Sud-Est à Koh Lanta). Je suis globalement satisfaite car je n’ai pas pris trop de vêtements (contrairement à ce que j’avais l’habitude de faire lors de mes précédents voyages), et beaucoup d’hôtels proposent de laver le linge pour une petite somme au kilo, ce qui est vraiment pratique.

Les seules difficultés rencontrés par rapport à mon handicap étaient lors de la prise des transports en commun. Je devais redoubler d’attention pour voir si je prenais le bon bus, si je descendais au bon arrêt, me faire clairement comprendre à l’endroit où je désirais aller. Quand j’ai pris le train de Bangkok pour aller à l’aéroport, j’avais beaucoup de mal à guetter les stations, mais quand les locaux voient un voyageur avec un sac à dos, ils savent direct où il va et n’hésitent pas à proposer leur aide. Un grand merci à eux !

J’en tire une expérience plus que positive et je suis dorénavement encore plus motivée pour visiter les pays voisins et en poussant encore plus loins mes limites.

Auteur

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.