Immersion en Amazonie

Je ne sais pas vous, mais moi, quand je vois le mot « Amazonie », je commence à imaginer plein de choses. Mon imagination va très loin, pourtant je ne connais l’Amazonie qu’à travers des films, reportages, photos…

J’imaginais un endroit hyper chaud (à la limite de l’insupportable – pourtant j’adore la chaleur), plein de moustiques, la jungle, les tribus indigènes, l’Amazone. Au final, bien qu’il y ai des choses qui se sont avérées vraies, j’étais bien loin de tout ça.

Au bout d’un mois et demi à Medellín, je commence à ressentir l’envie d’aller voir ailleurs et surtout me « ressourcer » après un début plutôt compliqué ici. En regardant les billets d’avion, j’hésite entre San Andrés (une île située au large du Nicaragua) ou Leticia en Amazonie. Mon choix s’est finalement porté sur la seconde option. Avec un billet aller/retour 115€, je n’ai pas hésité longtemps.

Leticia, capitale et ville principale du bassin amazonien

Une semaine plus tard, me voici dans l’avion. N’ayant pas de vols directs depuis Medellín, j’ai fait une courte escale à Bogotá (la capitale). Depuis le hublot, j’aperçois un immense tapis vert qui s’étend à l’infini. Rien que pour la partie Colombie, l’Amazonie a une superficie de 343 000 km2!

En sortant de l’avion, je perçois une nette différence : l’air est « pur ». Je ne saurais comment le définir… Me voici donc en Amazonie, la plus grande forêt du monde, le poumon de la Terre ! Forcément,  ça me fait quelque chose.

Leticia n’est joignable qu’en avion (il n’y a pas de route liant le reste du pays) ou en bateau où l’on peut rejoindre le Brésil et le Pérou. L’avantage c’est qu’en quelques minutes de bateau, on se retrouve au Pérou et pour aller au Brésil à Tabatinga, il ne suffit que de quelques minutes à pied. Pas besoin de tampon sur le passeport, on peut circuler librement dans un périmètre de 80 kilomètres sans problème.

Je ne suis qu’ici le temps de trouver une excursion de plusieurs jours. Il n’y a rien de particulier à faire hormis se ballader du côté de l’embarcadère, faire un tour au musée « etnográfico amazónico ». Il y a également le « mundo amaóco », un grand parc mais je n’ai pas souhaité le faire.

L’inconvénient, c’est qu’il est quasiment impossible de visiter la région seul-e et donc passer par une agence est obligatoire (à défaut de trouver un guide indépendant). Après de longues recherches, j’ai fini par trouver une excursion de 2 jours avec Amazon Jungle Trip. J’ai chaleureusement été accueillie (point très important ! Ce qui n’était pas le cas avec les autres agences) par le responsable, qui a pris le temps de m’expliquer et répondre à mes questions.

J’aurais donc 2 jours dans la jungle et une journée consacrée à d’autres visites. Vu comme ça, ça me va très bien.

Dans la jungle à la réserve naturelle de Zacambú

Nous sommes 3 visiteurs mais nous allons rejoindre un groupe de personnes qui sont là depuis plusieurs jours.

Le bateau quitte Leticia et 5 minutes plus tard nous voici au Pérou. Avant de s’engager dans le Río Yavarí, le chauffeur fait le plein. Nous sommes loin de tout, de la ville. Le temps semble s’être arrêté. Tout est vert. Soudain… Des dauphins ! Je ne savais même pas qu’il y en avait ici.

Apres une bonne heure de navigation nous traversons un marécage et nous nous engouffrons dans la jungle. Ici, tous les arbres ont les pieds dans l’eau, les lianes sont longues et épaisses, les singes font des bons spectaculaires de branches en branches. On entends même des aigles me dit-on.

Nous arrivons au Zacambú Rainforest Lodge où nous sommes accueillis avec un grand sourire qui témoigne d’une grande générosité. Les maisons sont construites sur des pilotis et l’électricité ne fonctionne que du soir au petit matin. C’est un vrai petit coin de paradis.

À l’heure du déjeuner, nous faisons connaissance avec le reste du groupe revenu de l’excursion matinale, puis après 1h30 de pause, nous partons pêcher des piranhas, ces fameux poissons aux dents de scie. J’imagine des piranhas de taille énormes (encore une fois, mon imagination me joue des tours à cause des films et surtout l’émission « River Monsters » avec Jeremy Wade, vous connaissez ?). Quel fut mon étonnement en découvrant la taille réelle de ces poissons : si petits mais dangereux ! Rien que 5 secondes après avoir lancé l’appât, ça mord déjà !

La pêche, c’est pas mon kiff mais cette activité fût fort plaisante. Certains ont gardé les piranhas pêchés pour les manger le soir, d’autres non.

« C’est délicieux ! » me disent-ils.

Le coucher de soleil est magnifique. Et certains en ont profité pour faire une trempette.

Activité du soir pour les nouveaux arrivants : partir à la découverte des crocodiles. Heu… Quoi? On va aller naviguer dans le noir ? Non pas que je n’aime pas ou ai peur des crocodiles mais me balader dans le noir c’est compliqué…

À ma grande surprise, la lune éclaire bien dehors. Ça me rassure et mes craintes s’envolent.

Pendant environ 2 heures, nous navigons à la recherche de crocodiles. Malheureusement, pas de chance, aucun en vue. En revanche, j’ai été très impressionnée par les guides qui n’avaient aucune difficulté à se repérer.

À un moment donné, j’aperçois de la lumière qui clignote. La première chose qui me vient à l’esprit : un genre de tour un éclaire le coin. Mmhh… Dans la jungle ? Impossible. Du coup, je me dis que ça doit être des habitations avant de me rendre compte que ce sont des lucioles.

Le lendemain matin, ballade à pied dans la jungle. Obligée, je dois me préparer mentalement. Qui dit jungle dit insectes bizaroides, moustiques, serpents etc… Le chemin pour rejoindre le point de départ et un réel enchantement, un pur plaisir pour les yeux. Rien de plus destressant qu’une ballade en bateau à travers la jungle.

La marche débute les pieds dans l’eau.La forêt est vraiment dense, les arbres d’une hauteur impressionnante. La prudence est de mise. Ici, on évite de poser les mains sur les arbres car certains ont de longues épines et d’autres où circulent des fourmis aux morsures plus ou moins douloureuses.

Lorsque nous sommes à l’arrêt, il y a tout un commando de moustiques gravitant autour de nous. C’est impressionnant. Ici les répulsifs anti-moustiques peau ET vêtements sont obligatoires !

Encore une fois, je suis impressionnée par les guides qui arrivent à se repérer en regardant juste autour d’eux, alors qu’il n’y a aucune balise ou de quoi se repérer. Ici, c’est la nature qui règne et l’Homme se fait petit. Malheureusement elle n’est à l’abri de rien car menacée par la déforestation…

De retour au Lodge, l’excursion se termine déjà et il est bientôt temps de rentrer alors que le reste du groupe partira visiter deux villages dont un au Brésil.

Sur le chemin du retour, je me concentre pleinement sur ce que je vois. Je suis plus qu’emerveillée par ce qu’offre la nature. L’eau est d’un calme déconcertant et reflète à merveille les arbres. Les oiseaux, dauphins… Tout me semble irréel. J’ai l’impression d’être dans un autre monde,  de vivre un rêve éveillé quand soudainement, à mesure que l’on s’approche de Leticia, mes yeux tombent sur une épaisse fumée grise jaillissant hors de la ville. « Oh non… » me dis-je.

Retour à la réalité. 

Escale à Puerto Alegria et Isla de los Micos

Me restant une journée de plus avant de quitter Leticia, j’en ai profité pour faire une autre excursion où nous avons navigué plus de 87 km sur le Río Amazone, un fleuve immense en longueur et largeur.

Notre premier arrêt se fait à Puerto Alegria, un petit village situé au Pérou à 35 minutes en bateau de Leticia. Nous sommes partis à la rencontre d’une petite communauté et nous avons vu également des animaux tels que des crocodiles, perroquets, paresseux (niveau de mignonitude puissance 1000), mata-mata (un animal étrange dont son nez sert à attirer la proie avant de la manger), serpents, marguay, singes… 

Retour en Colombie. Cap sur l’île de los Micos où nous sommes accueillis par une horde de singes. Ils sautent de têtes en têtes. C’est trop drôle.

Avant d’aller à Puerto Nariño, nous allons voir la communauté Macédonie issue de la tribu Tikuna dans un centre artisanal. Un vrai attrape-touristes avec tous ces stands de souvenirs. Je me demande bien qu’est ce que je fais ici. J’ai la sensation d’avoir atteri dans un lieu où règne le « voyeurisme ».

Puerto Nariño, le village écolo

À 87 km de Leticia se trouve le charmant village de Puerto Nariño. Ici, on ne se déplace qu’à pied ou à vélo, les véhicules à moteurs étant interdits.

Ce village est 100% écolo. Ils récupèrent l’eau de la pluie, font le tri et réutilisent certains déchets comme par exemple des pots de fleurs fait à partir de bouteilles en plastique.

Je me ballade et croise des écoliers en uniforme. Les allées sont dégagées et les espaces bien entretenus. Comment ne pas tomber sous le charme de ce village? Mon seul regret : n’y être que pour quelques heures…

Je fais des va et viens dans les allées sans trop savoir où je vais. Puis, passage obligatoire au mirador Naipatá (entrée payante), où jouit une très belle vue sur le village, la jungle et le Río Amazone.

Pour clôturer ce magnifique spectacle, visite à la réserve de Victoria Regia où des centaines de nénuphars flottent sur le lac. Aussi surnommées « moule à tarte », ces plantes avec leur 3 mètres de diamètre sont les plus grandes plantes aquatiques du monde. 

Partager sur :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 Commentaires

  1. Miss P's Gravatar Miss P
    2 mars 2017    

    Hey my gurl!
    Merci, comme toujours, pour ces splendides photos. Ça donne vraiment envie, et certaines d’entre elles me rappellent le Costa Rica. Profite bien XXX

  2. 2 mars 2017    

    Un voyage en Amazonie est une riche pérégrination, riche en couleurs dans cette nature foisonnante et abondante où le regard épouse avec attention et admiration la faune et la flore.
    L’Amazonie ce grand poumon de planète, frère aîné du Bassin du Congo, son second, mérite d’être visitée. C’est notre patrimoine que nous devons aussi préserver. L’air est pur et procure une bonne sensation sur la peau et les poumons qui en savourent les effets de sa densité et de sa vitalité.

  3. 4 mars 2017    

    Ahlala ! Tes photos donnent envie de visiter l’amazonie !

  4. 6 mars 2017    

    Magnifique articles et photos qui donnent envie de voyager ! Merci pour l’évasion ! J’espère tout de même que la déforestation n’arrivera pas jusqu’à eux …

Laisser un commentaire

Bonjour et bienvenue !
Je suis une grande passionnée de voyages et partage mes aventures et récits à travers mon blog.
Pour en savoir plus

Où suis-je…

Commentaires Récents…

  • Avatar UtilisateurAfroLyne { C'est marrant de voir cet aspect d'un voyageur/voyageuse ... je n'avais pas du tout pensé au mal du pays, je voyais cela comme une fête... } – 19 juillet 2017, 13:26
  • Avatar UtilisateurStéphanie { Merci Felicité. Oui, hélas, ça arrive bien plus qu'on ne le croit... } – 14 juillet 2017, 4:52
  • Avatar UtilisateurF.K.N { Juste magnifique. Tu rends si bien ton parcours qu’on croirait être avec toi! Je suis tes récits avec une grande attention. Je n’avais pas pensé... } – 12 juillet 2017, 16:39
  • Avatar UtilisateurStéphanie { C'est aussi un pays que j'aimerais beaucoup faire ♥️ tu es de là-bas ? } – 11 juillet 2017, 19:06
  • Avatar UtilisateurXandrine LA { Tu dois un jour visiter Haiti. Tu vas adorer!! } – 11 juillet 2017, 16:38

Pour ne rien rater...

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.